Imaginaire du voyage lunaire

Les auteurs et réalisateurs de l’époque ont-ils joué un rôle dans l’inconscient collectif ?

a) Jules Verne « De la Terre à la Lune »

Jules Verne écrit De la Terre à la Lune en 1865, un livre quasi prophétique où il présente un énorme canon qui projette dans l’espace un obus habité par trois astronautes.
De la Terre à la Lune est le premier roman où Jules Verne s’intéresse à l’astronomie. Il consacre trois chapitres à faire l’état des connaissances de son époque dans les domaines de l’observation, de la sélénographie et des phases lunaires. Pour partager ses connaissances scientifiques et concevoir ses inventions, Jules Verne s’est basé sur des prouesses techniques déjà réalisées et s’est appuyé sur des théories. Faute de formation scientifique, il ne pouvait pas vérifier la vraisemblance de ces théories même s’il pouvait consulter les travaux de vulgarisation de François Arago sur l’astronomie, ou de scientifiques comme le mathématicien Joseph Bertrand ou bien encore de son cousin Henri Garcet, professeur agrégé au Lycée Henri IV.
Une des solutions trouvées par Jules Verne pour rester dans la vraisemblance consiste à reproduire fidèlement les caractéristiques des inventions déjà existantes tout en multipliant la taille et les performances des objets qu’il décrit. Cependant Jules Verne demeure conscient du risque d’erreur et procède avec prudence, soulignant systématiquement le caractère hypothétique de certaines théories.

De la Terre à la Lune est un roman riche en suspense et en rebondissement, notamment à la fin car Jules Verne décide de ne pas nous dire, si ses héros vont réussir à atteindre la Lune.
Jules Verne s’est inspiré de gravures en noir et blanc pour imaginer le canon qui permettra d'aller dans l’espace, notamment les gravures de François Pannemaker et Doms et des dessins de Henri de Montaut. Ces dessins sont importants car avant cette œuvre, il n’y avait pas d’image autour de cet événement qui allait prendre forme réellement pour la première fois en 1969. On peut en distinguer de quatre sortes : Les portraits, les paysages, les scènes d’action, les illustrations didactiques

On peut dire que Jules Verne a une dimension très poétique, à travers la création d’espaces qui n’existaient pas avant lui et qui font rêver. Le fait d’envoyer un obus sur la Lune relève du fantastique, de l’irréel. C’est un voyage faisant rêver le lecteur, ce qui ressemble étrangement à ce qui sera réalisé 104 ans plus tard. Il a surtout contribué à installer dans l’inconscient collectif le rêve de marcher sur la Lune et ce n’est pas un hasard si le président Kennedy en a fait l’objectif absolu de son pays dans la guerre scientifique qui l’opposait à l’URSS.

La Guerre froide battait son plein et l'Union soviétique devançait les États-Unis dans la course spatiale après la mise en orbite en 1957 du premier satellite, Spoutnik, suivi en 1961 du premier homme dans l'espace, Youri Gagarine.
«L'URSS avait réussi à faire de ses succès spatiaux une mesure de sa puissance et de la réussite d'une société moderne enviable, et le président Kennedy a alors jugé qu'il ne serait pas dans l'intérêt de l'Amérique de laisser les Soviétiques profiter seuls de leurs prouesses», explique John Logsdon.
Forts de leur prospérité et de leurs capacités technologiques, les États-Unis mettent rapidement en route le programme Apollo, estimé à 25 milliards de dollars en 1969, équivalant aujourd'hui à environ 115 milliards de dollars ou six fois et demie le budget annuel actuel de la Nasa.

Article issu du 20 juillet 1969 : l’homme pose le pied sur la Lune

b) Méliès

Jules Verne est le précurseur du « voyage sur la Lune ». Il inspire en 1901, le livre Les premiers Hommes dans la Lune, de H.G. Wells, et en 1902, le film Le voyage dans la Lune de George Méliès (diffusion vidéo) s’inspire du roman de Jules Verne.


Méliès : le voyage dans la Lune


H.G. Wells: les premiers hommes sur la Lune